Le meurtre du lac de Martha GRIMES (policier)

                             

Une grande demeure abandonnée sur les rives d'un lac silencieux... Pour Emma, douze ans, petite fille solitaire et pleine d'imagination, quoi de plus fascinant ? Surtout quand cette maison était celle d'une enfant retrouvée noyée dans ces eaux noires quarante ans auparavant. Meurtre ou accident ? L'affaire ne fut jamais élucidée,Emma entreprend, avec détermination et habileté, de rassembler une à une les pièces de ce puzzle tragique. Jusqu'à ce qu'un nouveau cadavre vienne bouleverser cette innocente enquête et ramener les vieilles histoires à la surface du lac...

                  quelques passages

Tout ce que je savais du sexe à l'époque,c'était que pour avoir un bébé il fallait se faire "piquer" par un homme(c'est une de la grande école,qui me l'avait dit),mais la nature du "piquage" m'échappait complétement.Au début,je croyais que c'était comme pour la couture,ce qui rendait la chose intéressante mais encore plus troublante.Je mangeais mes pop-corn en méditant sur ce mystère.

                 

Je passe devant cette mer de carottes sauvages et de pissenlits,ces fragiles plantes étoilées dont j'aime à disperser les aigrettes blanches d'un souffle.Les pissenlits me font penser à Dieu,un sujet sur lequel je m'attarde rarement;est-ce que nos âmes sont comme les fils blancs des pissenlits que le souffle de Dieu éparpille au vent?

                 

Mon avis personnel:Une petite fille qui enquête sur la disparition d'un autre enfant quarante ans plus tôt... Des personnages hors de commun ...Je n'ai pu m'imaginer dans l'histoire.Et la fin me laisse sur "ma faim".

 

                  Tarendol de René Barjavel

Tarendol est un roman de l'écrivain français René Barjavel, paru en 1946. Contrairement aux œuvres les plus connues de son auteur, il ne s'agit pas d'un roman de science-fiction. Tarendol raconte les amours de deux adolescents.

                                                                                                      

 Dans quelques jours, il arrivera, il tendra de nouveau les bras vers elle, et quand il les aura fermés, cette fois-ci, il ne les rouvrira plus. Marie appuie contre l'arbre sa joue d'abord, puis tout son corps. L'écorce est rude et fraîche contre la peau de son visage. Elle ferme les yeux. Elle est heureuse d'être Marie et d'être femme, de s'être couchée devant Jean, de s'être ouverte devant lui pour recevoir le dur plaisir et la vie chaude qui est restée en elle ; heureuse d'être le terrain miraculeux où il sema cette graine qui a germé et qui pousse, jusqu'au jour où la moisson mûre la quittera en la déchirant de joie et de sang.

                                                                                                    

Je n'ai pas aimé le narrateur, qui intervient à de multiples reprises dans le cours du récit.

 Après un divorce ora­geux, Nikki et Sebastian ont refait leur vie, très loin l’un de l’autre. Jusqu’au jour où leur fils Jeremy dis­pa­raît mys­té­rieu­se­ment. 
Fugue ? Kidnapping ? 
Pour sauver ce qu’elle a de plus cher, Nikki n’a d’autre choix que de se tour­ner vers son ex-mari qu’elle n’a pas revu depuis sept ans. 
Contraints d’unir leurs forces, ils s’enga­gent alors dans une course-pour­suite, retrou­vant une inti­mité qu’ils croyaient perdue à jamais…

                                               

Bof...je suis pourtant fan de MUSSO,mais ce livre là,je n'ai pas particulièrement aimé.

 

                    MERCI DE VOTRE VISITE.